Du sens et joie dans le travail

Joie_au_travail_fourmi

Comment puis-je savoir si ce que je fais sur cette Terre a du sens et si c’est pour mon plus grand bien ?

Il y a beaucoup, beaucoup de réponses possibles. Cela dépendra de qui vous êtes et de la manière dont vous vous sentez dans votre vie. Certains d’entre vous reconnaissent qu’ils sont en alignement parce qu’ils se sentent heureux émotionnellement, certains autres parce qu’ils se sentent physiquement gonflés à bloc, et certains autres parce qu’ils se sentent traversés par l’énergie de l’amour. Il existe d’infinies variations, et votre expérience dépendra beaucoup de ce qu’est votre travail et de la manière dont vous existez dans votre vie. Tout ceci étant dit, nous pouvons vous donner une meilleure réponse que « ça dépend ». La question fondamentale est celle-ci : si vous n’êtes pas heureux de faire ce que vous faites, une partie de votre travail est hors d’alignement.

Toute forme de travail a trois caractéristiques. N’importe laquelle de ces caractéristiques peut être hors d’alignement et donc faire de votre travail ou de votre situation professionnelle quelque chose qui ne vous convient pas. Tout d’abord, le travail en lui-même tel que nous le définissons du point de vue des Annales, est toute forme d’activité qui a un but, qui est permanente dans votre vie, et qui implique de vous engager d’une manière ou d’une autre dans le monde, même si ce n’est que par des idées.

Tout ce que vous faites qui comprend ces trois choses est un travail, peu importe si vous êtes payé, peu importe si vous avez été embauché, peu importe si vous avez une définition claire de ce que vous faites. Certains d’entre vous sont appelés à faire des choses qui ne rentrent dans aucune profession particulière ; d’autres sont appelés à faire dans ce monde des choses qui cadrent à merveille avec une profession ou une autre. D’autres encore sont appelés à créer ou à redéfinir certaines professions ou occupations particulières. Rappelez-vous que ceci inclut le travail non rémunéré ou les activités non rémunérées.

Dans cette définition large du travail, toute forme de travail comporte ces trois caractéristiques principales. La première caractéristique concerne les actions que comporte votre travail. Quelle action ou activité est exécutée physiquement dans le monde matériel ? La seconde caractéristique concerne ceux avec lesquels vous faites le travail. Quels sont les gens impliqués dans votre travail et de quelle manière sont construites vos relations ? La troisième caractéristique est appelée liberté d’expression. Telle est la question sur les parties de vous-mêmes, votre être intérieur, votre identité, qui sont exprimées à travers ce travail. Ce sont les trois catégories à considérer lorsque vous posez la question : comment savoir si le travail que vous faites est une bonne chose pour vous.

Quand vous regardez votre travail, quel que soit ce que vous êtes en train de faire, il est important d’examiner chacune de ces trois catégories. La question de fond est que si vous vous sentez heureux de faire votre travail, ou dans votre situation professionnelle, alors vous pouvez supposer qu’il est en alignement pour vous, que vous êtes sur la bonne voie. Si vous vous sentez insatisfait – peu importe si vous comprenez pourquoi -, si vous vous sentez malheureux en faisant votre travail – quelle que soit votre profession -, alors examinez ces trois catégories et déterminez laquelle d’entre elles est hors d’alignement. Si les trois sont hors d’alignement ou si les trois semblent hors d’alignement, vous pouvez savoir que votre travail n’est pas juste pour vous ; que vous devez aller vers un autre domaine de travail ou une autre forme d’occupation. Si une ou deux de ces catégories sont hors d’alignement, souvent vous pouvez réaligner la catégorie et vous constaterez que vous êtes de nouveau heureux dans votre travail. C’est comme une équation de base. Êtes-vous satisfait ou non ? Oui ou non ? Si non, passez à la question suivante. La question suivante est d’examiner les trois catégories. Si toutes les trois sont hors d’alignement ou si aucune des trois n’est hors d’alignement, passez alors à la question suivante.

 

La question suivante est alors : quel autre travail voulez-vous faire ? Pour revenir à la deuxième question, si une ou deux de ces catégories pose un problème très net, qu’il y a vraiment quelque chose qui ne marche pas pour vous, alors vous pouvez commencer à travailler avec cela. Faites quelques changements dans votre travail, vous découvrirez peut-être qu’il vous convient, mais  que c’est la situation qui a été construite de manière incorrecte ou hors d’alignement. Le premier aspect à prendre en considération est : quelle est la fonction matérielle de votre travail ? L’activité ou l’action à exécuter est-elle agréable et stimulante pour vous, ou est-ce ennuyeux, rigide, inutile ? Si vous travaillez dans une usine qui fabrique des jouets, aimez-vous les opérations de peinture et de vissage des différents éléments ? Aimez-vous le processus physique de la construction du jouet ou le trouvez-vous agaçant ou insatisfaisant ? C’est une chose que vous pourriez changer. Vous découvrirez peut-être que vous vous sentez appelé à travailler dans la fabrique de jouets ou que vous adorez l’idée de lancer des jouets dans le monde, mais que le travail d’assemblage ne vous convient pas. Vous avez besoin de changer à l’intérieur de ce secteur pour passer à une activité qui pourrait être la mise sur le marché des jouets ou la supervision de ceux qui construisent les jouets. C’est peut-être la livraison des jouets qui vous donnera de la joie. Vous pourriez découvrir que vous devez changer de rôle dans votre travail afin d’accomplir la tâche physique qui vous apporte une satisfaction que vous savourerez au quotidien.

La deuxième catégorie concerne les gens qui travaillent avec vous. Il se pourrait que vous soyez dans la profession parfaite pour vous, que votre activité soit précisément celle qui vous rend le plus heureux, mais que vous soyez entouré par des personnes ou des relations qui vous affaiblissent, qui conduisent à vous sentir mal dans votre peau ou que ces personnes se mettent en quelque sorte en travers de votre bonheur. Dans ce cas encore, vous êtes appelé à changer la façon dont vous vous engagez auprès de ces personnes, ou bien de vous retirer à la fois de ces relations et de ces situations.

La troisième catégorie concerne ce qu’on appelle la liberté d’expression. Un autre mot que j’utiliserai est le but. Ressentez-vous, entre votre travail et ses effets sur le monde extérieur, un lien qui vous donne le sentiment que votre vrai moi s’exprime à travers ce travail ? Cette catégorie est un peu moins tangible que les deux premières, mais elle est tout aussi importante et tout aussi réelle et sérieuse. Vous n’avez pas toujours les bonnes conditions pour cela. Pouvez-vous voir le lien entre ce que vous faites et ses répercussions dans le monde et en retirer de la satisfaction, ou le sentiment d’avoir un but ? Si oui, alors détendez-vous et savourez-le. Sinon, ce que vous pouvez avoir besoin de faire pour trouver de la satisfaction dans votre travail serait de créer ces connexions. Cherchez un moyen de percevoir ces connexions afin de donner un sens à votre travail. Par exemple, si vous trouvez que vous aimez vraiment construire des jouets, que vous êtes vraiment entouré de gens que vous aimez et avec lesquels vous vous sentez fortifié, et que pourtant vous continuez à vous sentir malheureux, c’est peut-être que vous construisez les jouets, mais sans jamais les voir utiliser, et cela vous conduit à un sentiment d’insatisfaction qui vous amène à vous porter volontaire pour faire les livraisons et voir à qui vont les jouets. Vous pourriez aussi choisir de travailler au service marketing, ou de rendre visite à l’équipe marketing pour voir les enfants tester les jouets et découvrir comment ils les choisissent. Et en retournant à la fabrication des jouets, tout en continuant à les construire, vous pourriez revoir mentalement, vous rappeler la joie que vous avez vue chez les enfants jouant avec vos jouets. Faire cette connexion peut souvent vous mener à la satisfaction. Mais encore une fois, si les trois catégories ne marchent pas pour vous, ou si aucune de ces catégories ne peut être complètement identifiée, vous pouvez en déduire que votre profession n’est pas tout à fait pour vous et il vous sera profitable de chercher quelque chose de différent.

Que dire de ceux d’entre nous qui sont attirés par un travail ordinaire ou qui

 

travaillent pour quelqu’un d’autre comme un créateur, un assistant, un architecte ou un coordonnateur de projet ? Cela signifie-t-il que l’ego est toujours aux commandes ? Faire un travail soi-disant spirituel est-il la seule preuve qu’une personne est en train de s’éveiller ?

Non. En effet, si chaque personne passant par l’Illumination devait se mettre à faire un travail soi-disant spirituel, votre économie s’effondrerait encore plus sûrement et rapidement qu’elle ne le fait déjà. Toutes les formes de travail et d’activité auxquelles les gens participent sur la Planète Terre sont intrinsèquement sacrées — même celles qui ont un résultat préjudiciable ou nuisible. La forme pure de l’activité est sacrée. Si vous êtes ici pour causer des dommages, vous pourriez avoir besoin de faire quelques changements sur le résultat, mais en vérité certains d’entre vous sont réellement appelés. Leur vocation première, leur expression la plus divine sur la Planète Terre est d’être un architecte, un coordonnateur de projet ou un assistant. Il existe certaines formes de travail ou d’activité dont se sont emparés des êtres humains qui les ont développées comme des soi-disant professions alors que certaines n’en sont pas. Certaines professions n’ont pas encore été découvertes ou ne sont pas encore appropriées pour le monde. Quelques-unes de ces dernières entrent dans la catégorie des guérisseurs ou des travailleurs spirituels.

Le fait est que chacun d’entre vous peut être un artisan de lumière dans n’importe quel domaine d’activité. D’un autre côté, vous pouvez vous sentir malheureux et insatisfait dans n’importe quelle activité aussi. Cela dépend de qui vous êtes et de la manière dont vous suivez votre guidance supérieure, le sens le plus élevé de votre bonheur. Il existe des personnes qui font un travail spirituel ou un travail de guérison et qui sont complètement malheureuses parce que cela n’est pas vraiment pour elles. Elles se sont imaginé avoir besoin de faire ce travail afin d’être suffisamment Illuminées, alors qu’en fait faire du café ou tenir un restaurant leur conviendrait mieux. La ligne directrice est ici que si vous faites ce qui vous rend heureux, si vous faites ce que vous apporte joie et satisfaction, ce que vous faites n’a pas d’importance à condition de le faire avec le plus d’intégrité possible en y mettant le maximum d’amour et de lumière possibles.

Pour ceux d’entre nous qui approchent les dernières années de leur vie, si nous n’avons pas encore trouvé notre vocation, cela signifie-t-il que nous avons gâché ou raté une occasion ? Notre vocation est-elle une question de vie ou de mort pour un être humain quel que puisse être l’endroit où il se trouve ?

Toute forme d’activité peut être un travail légitime. Certains d’entre vous n’ont peut-être jamais eu d’emploi ou jamais trouvé d’emploi dont ils pourraient dire avec tout leur cœur que c’est leur passion. La plupart d’entre vous entrent en réalité dans cette catégorie. Le fait d’être dans le monde, d’avoir des relations aimantes, de s’efforcer de résoudre votre propre karma ou de grandir pour devenir plus aimant en vous et envers vous, est suffisant pour une vie humaine accomplie et réussie.

Cela étant dit, certains d’entre vous ont des vocations très spécifiques auxquelles ils doivent répondre et qu’ils doivent accomplir, et ils ressentent une passion ou une attirance vers elles. Certaines âmes entrent pour une vie entière avec un contrat ouvert, avec un modèle ouvert consistant simplement à chercher autant d’amour, de satisfaction et de plaisir qu’ils peuvent trouver et par conséquent à faire du monde un endroit meilleur. D’autres parmi vous ont un contrat disant qu’ils doivent réaliser un but particulier.

Que ceux d’entre vous qui ont ce contrat disant qu’ils doivent assumer une activité ou un but particulier, qu’ils veuillent bien savoir que leur âme ne les laissera jamais en rade ou sans une feuille de route pour y parvenir. Si vous trouvez que avez vécu une vie d’incertitude, sachez que ce que vous êtes est parfaitement humain. L’incertitude est l’un des paramètres de base de l’existence humaine. L’incertitude vous permet d’être ouverts à des choses nouvelles, elle vous permet de vous remettre en question et de renégocier ce que vous faites. Elle vous permet de ne pas devenir trop rigides dans la linéarité. Toute forme d’incertitude, ou ce que vous percevez comme un manque de structure, n’est pas un signe que vous avez échoué ou raté quelque chose. Si vous trouvez que vous n’avez jamais eu de profession, ou de passion, ou de penchant particuliers, cela signifie seulement que votre but ici est de faire tout ce que vous faites avec autant d’amour et d’intégrité que possible.

 

Traduction AD
Page d’origine : http://www.akashictransformations.net/mc/page.do?sitePageId=113799

Laisser un commentaire