Matérialiser ses rêves

Mes connaissances en ce domaine ont été vérifiées plusieurs fois dans ma propre vie, aussi bien pour réaliser mes rêves personnels que pour changer les scénarios de vie de mes proches. Je dois ajouter qu’aujourd’hui nous bénéficions d’un plus grand potentiel d’énergie accessible mais que toute réalisation contient en elle-même les germes de conséquences indésirables. Il y a un revers à toute chose et pendant le temps de l’évacuation du revers, on se sent un peu dévitalisé et abattu. C’est normal. Ceux qui passent d’un rêve réalisé à l’autre, ont également des «mauvaises passes » et cela sera toujours vrai, quel que soit l’exploit accompli ou le niveau de conscience dans lequel on se place.

Pour matérialiser ses rêves il faut faire passer une idée – un rêve impalpable- dans plusieurs dimensions vibratoires : de la plus élevée à la plus dense, celle de la vie réelle. Matérialiser correspond à mettre au monde, cela se produit de la même façon : d’abord on pense à avoir un enfant, ensuite on se met à l’œuvre physiquement, ensuite on attend que la vie fasse sa part et pendant ce temps-là on se prépare à devenir parent, donc à mûrir psychologiquement et émotionnellement, pour que l’évènement se produise dans les meilleures conditions on prépare les choses « pour et après » la venue de l’enfant. Lorsque l’on a le résultat dans les bras, il est temps de se réjouir et d’occuper le rôle avec énergie, émotion et conscience.

Nous avons tous un rêve et souvent il correspond au degré supérieur de ce que nous possédons déjà. Lorsque la vie ne nous donne rien au départ, il semble que tout est à obtenir, qu’il faut tout construire à partir de rien, l’idée demande en soi beaucoup d’optimisme et de vitalité. Pour vous rassurer, je pense que vous devez comprendre que l’on n’obtient pas tout en une seule vie, ou bien il faut être très optimiste et méthodique pour ne pas perdre d’énergie inutilement, sinon on est vite épuisé et amer.

On reçoit la réalisation de ses rêves dans le vortex d’énergie où l’on a accumulé le plus de puissance. Je ne reviens pas dessus, parce que j’ai déjà parlé en détails des chakras, de leur fonction, des liens entre les chakras et des « centres énergétiques » qu’ils forment lorsqu’ils se rejoignent dans la même sphère de fréquence. Référez-vous à la liste complète, vous trouverez le complément d’infos.

Cette fois je m’occupe des aspects plus fins, de « l’intégrité du rêve » avec soi, de l’harmonie à trouver entre les émotions (la puissance de mouvement), l’intention (l’objectif) et le lieu d’où provient l’énergie dans le corps (les chakras). Il faut créer une harmonie entre ces 3 points différents (tête/cœur /sensations corporelles), d’où l’importance de bien gérer et équilibrer l’énergie en fonction de ses aspirations.

Les fréquences vibratoires associées aux émotions sont connues des médiums et des énergéticiens. Notre travail consiste à équilibrer l’énergie et la canaliser sous forme des émotions ou des pensées. En réalité l’énergie autour du corps permet de comprendre et d’anticiper bien des choses, avant qu’elles ne soient arrivées et, en disciplinant la circulation de l’énergie consciemment, on peut mieux gérer les tensions et matérialiser ses rêves mais il faut reconnaître à quelle sphère d’énergie appartient le rêve et ne pas lâcher le curseur de l’intention, qui sert de « navigateur ». L’intention crée un passage ou « voie de matérialisation » à travers les émotions qui sont des matières comme les autres, plus ou moins denses. Par exemple la colère, même si elle n’est pas exprimée crée une pression chaude là où elle se manifeste, cette pression est perceptible même si la personne qui la réprime ne dit rien et qu’elle semble tout à fait décontractée. Cette tension bien canalisée sert de « main d’énergie ».

Avec une intention stabilisée (je veux tel truc) et une puissance énergétique en accord on obtient un résultat tel que prévu. Si l’intention vacille, qu’elle n’est pas affirmée et stabilisée dans la partie qui concerne le rôle que l’on désire « jouer », ce sont les émotions vont servir de portance et les résultats seront aléatoires. Les émotions sont comme l’eau, puissantes mais difficilement prévisibles sur une longue période. C’est pourquoi on nous conseille “d’aimer” : aimer attire à soi en “donnant vers”, on reçoit en retour.

La peur est une émotion qui ralentit, c’est un frein. L’amour et l’enthousiasme sont des accélérateurs et des « porteurs », ils donnent l’impression que tout va vite, que l’on surfe sur les difficultés. Néanmoins toute chose a un revers, si quelque chose cloche, on ne le verra pas à temps pour rectifier.

Il faut tenir compte également des situations extérieures, du « climat général ». Un climat extérieur agité, manquant d’harmonie donne des « complications », des obstacles, des vagues en retour. Un climat très calme ne dégage pas d’énergie et ne favorise pas forcément la réussite si on veut obtenir « beaucoup plus » que ce que l’on a déjà. Il faut donc ajuster son désir à ses possibilités et y ajouter une intention « illimitée » pour laisser une place à la « bonne étoile ». Croire en soi, reconnaître où se trouve la « certitude intérieure » dans son corps et tenir bon en cultivant l’énergie qui correspond à notre désir. Essayer d’être positif, ouvert et réceptif surtout quand on doute, c’est la marque de la confiance, le sceau des gagnants.

C’est plus facile à dire qu’à faire, c’est pour cela que tout le monde ne concrétise pas tous ses rêves en une seule vie. Soyez patient et, lorsque les choses ne vont pas comme vous le souhaitez, demandez-vous d’où vient l’obstacle : ce n’est pas forcément les circonstances. Parfois c’est un manque de puissance des émotions : trop peu de désir inhibe la réalisation, la peur de l’échec est un vrai frein, la sensation de ne pas mériter la réussite ou le manque de communication peut aussi empêcher le déclenchement des circonstances appropriées. Votre rêve fait partie d’un schéma plus vaste, il fera intervenir beaucoup d’autres gens et eux aussi doivent être prêts.

L’échec n’est pas
une marque d’erreur personnelle ou de déficience, parfois il s’agit d’une tentative utile pour mieux gérer les prochaines étapes de réalisation. Ce qui compte est de s’améliorer et l’échec permet de réajuster les réalisations sur ses désirs et ses possibilités réels. Parfois on croit que l’on désire quelque chose mais ce que l’on cherche à travers cette chose-là est une reconnaissance, du respect, de l’amour. On se sert de ses ambitions comme d’un tremplin pour accomplir la révélation de ses désirs profonds nés dans l’enfance. Les plus importants désirs naissent entre 8 et 12 ans. Ce sont les moteurs de notre sentiment de victoire personnelle, les désirs de notre âme d’enfant, ceux qui portent la marque de la pureté d’intention. Bonne réussite à tous.

Lila

Laisser un commentaire